vendredi, 04 septembre 2009

J'achète des préservatifs à la mer

 

Image 3.png

Durex, une marque testée et approuvée par la Blonde.

 

 

Avant que tu commences à lire ce (trop long) billet mon bobo, je dois te dire quelque chose.


Mister400 (qui est trop geek IRL) a raconté à la moitié de sa boîte et son entourage professionnel que sa femme avait un "blog de fille trop bien classé dans le ouiquio" (pfff n'importe quoi lui d'abord).

Non seulement il se fait mousser sur mon blog entre deux fanfaronnades sur ses dernières appli Iphone (le blog étant le dernier élément de guikerie qu’il ne possède pas personnellement), mais en plus à chaque fois il balance mon url.


Quand j’ai découvert ça je me suis un peu froncée du sourcil au nom de « je l’ai même pas donné  à mon entourage pour pouvoir raconter ce que je veux de dégueulasse sur eux », « et ma liberté éditoriale d’abord ? » et de  « Et qu’est-ce qu’il vont penser de moi tes collègues-eu ? »

- "Ah ben tu n’es jamais vulgaire dans ton blog", qu'il m'a répondu, Mister400.

(Euh oui d’accord mais je ne disserte pas sur le nihilisme nietzschéen au participe du subjonctif imparfait non plus).

- "C’est parce que tu ne lis jamais nichons ou bite c’est ça ?  que j'y ai rétorqué.

- Meuh non tu ne PEUX PAS être vulgaire. Tu es fine et délicate par ESSENCE, qu'il a répondu.

- Moi d'abord j'aime pas l'essence. Ca pue", que j'ai conclu.


J’ai ajouté « tu viendras pas te plaindre si à la machine à café un jour ça glousse sous cape sur ton passage. »


Donc je t’avertis que :


1/ Dans ce billet tu liras à deux reprises le mot Bite


2/ Il sera question de seske


3/ Ce ne sera néanmoins jamais vulgaire, eu égard à l’impossibilité (selon Mister400) qu’une quelconque vulgarité émane de mon être. En conséquence, si telle évocation affleurait à ton esprit, elle n’en serait que l’expression de ta propre perversion. (J’adore).



Donc nous en revenons aux préservatifs.


Quand Mister400 et moi avons voulu fabriquer MissCaca, j’ai arrêté la pilule (ça aide, parfois).

Que je prenais de façon quasi-ininterrompue depuis 13 ans. Mon corps était tellement imprégnée de cette saloperie chimique que j’ai eu des symptômes de sevrage. Tsais, frissons, maux de tête, mini-malaises, la totale (nan, ça c'est autre chose deplus radical).

Genre deux ans plus tard j'aurais d'abord songé au virus du grouin-grouin.

Cinq jours après avoir mis au monde MissCaca, j’ai annoncé à la sage-femme de la maternité (celle qui vient discuter dans ta chambre de contraception avant ta sortie au nom de : « Vous savez que vous pouvez retomber enceinte très rapidement madame, je viens donc vous présenter les divers modes de contraceptions qui s’offrent à vous ») et à Mister400 que la chimie hormonale, ou même tout effort de ma part en matière de contrôle des naissances, c’était ni, fini.


Et que maintenant ça serait latex, latex ou latex (grimace de Mister400).

Ou rien. Et une petite sœur ou un petit frère pour MissCaca (acceptation immédiate du préservatif pour Mister400 dans un franc sourire).


Latex que je dois acheter, seule, en contrepartie. Mister400 n’achète pas de préservatifs. Aller à la pharmacie et poser une boîte sur un comptoir c’est trop pour lui. Chacun ses phobies sociales. Alors que moi je m’en fiche. Je suis même foutrement détendue de la boîte de préso en officine.


Pour notre dernière virée moules et mouettes, on a oublié la boîte de préservatifs à Paris avec Mister400.

Je me rends donc dans la pharmacie la plus proche pour quérir du condom, sans MissCaca que je laisse près de l'âtre.


J’entre. Je fais le tour de l’officine. Je commence à connaître les zones à préservatifs, un chouilla honteuses : tout en bas des étagères, près de la caisse sur le côté, ou dans les recoins.

Je cherche, je fouille, j'ausculte - et je ne trouve pas. J’en suis réduite à m’adresser au pharmacien campé derrière le comptoir.

Il est presque aussi large que haut : niveau format dirait une bite* d’amarrage posée sur le port du Havre. Il a un nez énorme, genre pomme de terre tchernobylienne, et injecté de vaisseaux explosés. Tu rajoutes à ça l'œil porcin, les dents de travers et un front duquel s’écoule une sueur abondante, et tu as le tableau.


Au moment où je vais lui demander où se trouvent les préservatifs, je me dis que son dernier (et premier) rapport sexuel doit remonter à 1970 (il avait saoulé sa cousine pour arriver à ses fins).


-    Bonjour meussieu ? que je fais aimablement. Vous pouvez me dire où sont vos préservatifs s’il vous plaît ? Je ne les trouve pas.


-    Vous ne risquez pas de les trouver, que me rétorque l’apothicaire sèchement.


-    Ah, vous n’en vendez pas ? que j'hasarde.


-    Si mais ils sont inaccessibles (rapport qu’un petit salopiot m’en a piqué une boîte l’année dernière pour se livrer à une fornication sauvage).


-    Bien. Pourrais-je y avoir accès ? glissé-je (mes fornications ne sont point sauvages, je le jure, mon père, sur la tête de Sainte-Marie-de-la-Touffe).


-    Non. Mais vous pouvez les regarder, ils sont là.



L’affable homme.

Qui s’écarte et laisse apparaître une cinquantaine de centimètres de linéaire derrière lui. Je me penche sur le comptoir et plisse les yeux pour apercevoir les facings des boîtes.

Je repère l’objet de ma convoitise.



-    Je vais prendre euh la boîte tout à gauche, que je sussure.


-    Laquelle ?


-    La boî-te tout-eu à gau-che-eu, que j’articule.


-    LAQUELLE ??? hurle l’apothicaire.


-    Les euh kinnguesailleze que je marmonne.


-    LES QUOI ??


-    LES KINQ SIZE !

(ou comment tailler la réputation de Mister400 dans sa boîte sous un jour nouveau).

 

Il se saisit dela boîte et mate l'étiquette.

Tous les préservatifs sont à 10 euros. Les King Size sont étiquetés à 25.


Ben quoi ? Déjà qu’il baise pas le pharmacien, il ne va pas non plus faire de cadeau aux gros gabarits qui se la racontent.


-    Euh attendez il y a un problème annone le pharmacien.

Ah ben oui essplique moi pourquoi ces capotes sont deux fois et demi plus reuch, ça m’intéresse.
(Enfin j’imagine que c’est bien ça le problème).

-    Je vais appeler Jean-Luc il va s’occuper de vous
qu’il ajoute.


(En vrai il s’appelait pas Jean-Luc mais j’ai toujours trouvé la contrepetrie truculente et ici fort à propos).

Un doute m’habite** : il y a un problème d’affichage de prix et il n’a pas le temps de s’en occuper ou il ne veut plus s’occuper de moi ?

Il appelle Jean-Luc. Qui arrive.
Jean-luc est un jeune préparateur de moins de trente ans. Bronzé aux U.V., le cheveux blond artificiel, la démarche dansante. Son orientation sexuelle est assez évidente.

L’honnête pharmacien a refilé la cliente débauchée, qui se roule dans le stupre avec de gros engins, au déviant seskuel de service. Que les pervers s’occupent des pervers. Et les honnêtes gens des honnêtes gens.

D'ailleurs le pharmacien me plante là et court s’occuper de « Meussieu Michu », un habitué, la soixantaine proprette, qui m’observe de toute sa hauteur, avec un regard de dédain profond et un brin offusqué. J’y lis quelque chose comme : ces parisiennes, toutes des putes.

Je gratifie meussieu Michu d'un gentil sourire forcé (mais oui meussieu, et je t'emmerde).

Meussieu Michu détourne le regard.



Jean-Luc m’adresse un grand sourire, il galope en réserve, s’agite derrière des livres de compte, disparaît 10 minutes. Je l’attends sous la clim qui tourne à plein régime (il y a toujours une clim chez les pharmaciens, pour faire tourner les virus et te faire attraper froid, histoire d’écouler le stock de Sterimar, ProRhinel et autre Strepsil. Les pharmaciens sont des commerçants, aussi). Marmonne finalement à l’oreille du pharmacien qui secoue la tête négativement.

Jean-Luc m’annonce gentiment que la boîte est bien à 25 euros. Il semble un peu désolé. Il n’a pas de produit équivalent à me proposer.


J’ai pas tout compris.
A part que le pharmacien est un con frustré.
Et que Jean-Luc ne doit pas s’amuser tous les jours dans l’officine.


--------
* Et de un.
** Et de deux.


P.S. Mister400 a lu ce billet (écrit sur son mac en vacances). Il est revenu une heure plus tard avec une boîte de préso. No comment.

P.S.2 : tu as demandé, supplié, pleurniché...retour de l'horoscoperie vendredi prochain chez la blonde et ici.

P.S.3 : Chouyo change de crèmerie et tu la trouveras désormais .

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Il ets beau ton titre, on dirait du Rohmer !

Écrit par : electromenagere | vendredi, 04 septembre 2009

tu ne pouvais pas davantage me flatter

(N.B. : la prochaine fois, tu peux m'écrire qu'on dirait du Doillon, ça marche aussi bien)

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

mdr!

maintenant Mister 400 va avoir une sacré réputation au boulot!

Putain 25 euros?

et félicitations pour avoir casé deux fois le mot bite dans ton article ;)

Écrit par : ratounette | vendredi, 04 septembre 2009

ça va glousser dans les corridors et pouffer dans les ascenseurs...
ben ouais. proportionnel au reste.
oui, je sais, ce talent.

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

Je suis épatée que tu utilises des préservatifs avec mister400. Moi j'aurai mis stérilet ou pris le truc ultra chimique (d'ailleurs pour l'avoir arrêté, je puis te dire, que je n'ai rien eu des symptomes que tu décris).

Bon sinon, t'es pas folle?! Mister 400 va être convoité, si ce n'est pas déjà le cas, par toutes les filles de la boite avec de telles révélations! M'enfin! Tu aurais du l'écrire à l'inverse. Certes cela aurait beaucoup moins flatté son ego, mais cela aurait été beaucoup plus tranquille pour toi.

Écrit par : Pimousse | vendredi, 04 septembre 2009

Le stérilet ça me rappelle Mami400. La seule personne de mon entourage (à ma connaissance) qui en a(vait) un. Et qui m'en parlait régulièrement. Et prendre son pied en ayant sa mère dans un coin de la tête, je sais pas toi, mais moi je peux pas. Vade retro sterilas!
Ca existe, les mini-size?

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

je ne sais pas si ca existe, pas eu besoin de cette taille. Et puis c'est l'ex qui se chargeait de les acheter quand on a commencé à fricoter. Ensuite, j'ai pris les produits chimiques.
Une autre question sur ma vie intime?

Écrit par : Pimousse | mardi, 08 septembre 2009

le stérilet il me semble pourtant que tu en as eu un puisque tu ne l'as pas supporté (c'est d'ailleurs dommage pour toi parce que c'est la méthode la plus fiable)...
d'accord avec Pimousse, le préservatif avec son partenaire, bof bof et pour ce que tu appelles les saloperies chimiques, des hormones en fait, il y a tout un tas de nouvelles pillules à très faible dose, à mon avis cela vaut le coup d'essayer à moins que tu souhaites secrètement un ou une misscaca no2 parce que les préservatifs ne sont pas ce qu'il y a de plus fiable....

Écrit par : columbine | vendredi, 04 septembre 2009

euh, si je ne me souviens pas toujours de ce que j'ai mangé la veille, je sais quand même si on m'a déjà posé un stérilet ou pas.

Socialement, il est admis que c'est à la femme uniquement d'assurer la contraception, et d'en assumer toutes les conséquences et symptômes indésirables, je trouve ça simplement ahurissant. On est deux dans cette affaire, il me semble.
Ce n'est pas plus évolué dans les rapports H-F qu'il y a un siècle, où le fils/père de famille engrossait la bonne et la renvoyait chez elle ensuite, ou l'envoyait se faire charcuter avec une aiguille à tricoter parce que c'était pas son problème à lui.

Les pilules mini dosées je n'ai connu que ça, chaque corps est différent et je n'ai plus envie d'imposer des hormones de synthèse au mien.
Quant aux préservatifs, bien utilisés ils sont aussi efficaces que la pilule (c'est-à-dire 99%), et en plus les textures ont fait d'énormes progrès ces 10 dernières années, c'est pas la blonde qui dira le contraire. On est loin des sacs en plastoc de mes 18 ans.

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

Avec ton titre j'ai cru que Durex avait sorti un nouveau parfum de préservatif ... Sinon ton article (magnifiquement ecrit) risque de jaloux les collègues mâles de Mister400. Je pense même que ces derniers vont vouloir comparer leurs attributs dans la salle de pause afin de déterminer lequel de ces mâles peut prétendre au rôle de dominant. Tu viendras pas te plaindre si Giselle, leur secrétaire proche de la retraite, meurt d'une crise cardiaque en arrivant à l'improviste dans la salle de pause au même moment pour préparer son troisième Lipton de la journée.

Écrit par : Till the Cat | vendredi, 04 septembre 2009

oui ça fait très préso à l'eau de mer, drôlement plus écolo que le latex!
rhou merci.
Tu veux dire qu'avec tes ex-collègues, tu sortais ton zguègue en salle de réu?
punaise, moi qui pensais que tu étais un honorable PAF...

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

héhé c'est bon ça

Écrit par : lili est insolente | vendredi, 04 septembre 2009

sûrement! (mais quoi?)

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

c'est pas toi qui disait sur un autre post qu'on t'avait posé un implant (du type Mirena) et que tu en avais fait le rejet et même que la gynéco ne voulait pas te croire? si j'ai confondu, désolée de m' être trompée!

si tu commences à parler de la répartition sociale, cela marche dans les deux sens et c'est encore le plus souvent le mec qui se doit de ramener le plus gros salaire à la maison et c'est encore souvent le mec qui conduit la voiture etc. etc. quand aux gamins c'est encore le plus souvent la femme qui arrête de bosser pour élever les gamins. donc l'égalité c'est de toute façon pas pour demain et je préfère parler d'équité parce qu'une femme et un homme ce sera biologiquement jamais pareil et quoi qu'on en dise, cela aura toujours des conséquences, surtout pour les classes défavorisées qui ne peuvent se payer ni nounou, ni babysitter etc. après on peut parler d'égalité de choix et je suis d'accord, c'est bien de tendre vers l'égalité des choix.
en ce qui concerne la contraception, s'il y a autant de choix, c'est bien parce que la même méthode n'est pas adaptée à tout le monde. si vous êtes tous les deux contents avec les préservatifs, c'est tant mieux. de nombreuses femmes n'aiment pas les préservatifs et ne se sentent pas lésées dans le domaine du féminisme parce que ce sont elles qui assument la contraception. perso, ce n'est pas la contraception qui me donne des effets indésirables, mais mon cycle menstruel, avec son cortège de migraines et je pourrais râler que c'est dégueulasse, pourquoi mon mec ne me prend pas la moitié des migraines, mais c'est comme ça.
tu as raison de te méfier de ce que tu mets dans ton corps mais pas parce que ce sont des hormones de synthèse, ces molécules sont identiques à celles que tu as dans ton corps et t'évitent par exemple d'attraper le Kreuzfeld-Jacob. en revanche, l'équilibre hormonal est subtil et en ingurgitant des hormones, on risque de déséquilibrer cet équilibre ce qui est probablement ce qui t'arrive et fait que tu ne supportes pas la pilule.

Écrit par : columbine | vendredi, 04 septembre 2009

ah ben non, c'est pas moi. Mais l'implant dans le bras c'est à la fois génial pour le principe (on le pose et basta) mais alors niveau hormones ça m'inspire autant que la pilule. J'en ai vraiment soupé de celle-là. Je la supportais très (trop) bien pendant, c'est vraiment à l'arrêt que je me suis dit que mon corps était bien intoxiqué et déréglé.

bien sûr la sociologie des genre regorge d'exemples : salaires, plafond de verre, enfants, tâches ménagères etc.
Ce qui m'effraie le plus c'est avec quelle ferveur les femmes défendent leur rôle de maîtres de la contraception.
C'est à mon avis symptomatique de deux choses :
- la première c'est que la patriarcat est tellement ancré dans leur esprit qu'elles ne remettent même pas en cause le fait que de la responsabilité de la fécondité (pourtant partagée) pourrait logiquement découler la responsabilité partagée de la contraception. Pourtant mai 68, les sal*pes et leur manifeste, le MLF, Veil etc sont passés par là. Explication possible :
- La seconde, c'est que les femmes se sentent tellement toute-puissantes avec la reproduction (un enfant quand je veux, avec qui je veux, si je veux etc bien qu'on voit de plus en plus de limites avec les mères en monoparentalité et les quadra qui n'arrivent pas à faire leur 1er enfant parce que c'est trop tard) qu'elles tiennent à tout contrôler.

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

il y a un peu une contradiction entre ta 1ère et ta seconde proposition je trouve. soit ce sont les mecs qui contrôlent, soit ce sont les meufs. le préservatif existe depuis plus longtemps que la pilule, donc la préservation du patriarcat ne passait pas par le développement de la contraception féminine. je pense qu'elle a été au contraire une libération pour les femmes justement. ce que tu appelles la toute-puissance, c'est simplement le libre-choix avec les risques que cela comporte comme tu le soulignes bien. où est le partage de la contraception avec le préservatif? dans ce cas, c'est le mec qui assume la responsabilité, c'est lui qui le porte. biologiquement il est difficile de concevoir le partage, ce n'est pas comme partager l'éducation des enfants ou les courses. certains hommes se font vasectomiser, comme quoi ce ne sont pas toujours les femmes qui...
ceci dit tu as raison d'un point de vue médical de défendre le préservatif, c'est ce qu'il y a de moins invasif et de plus protecteur, contre les MST ou le papillome par exemple. je ferraillais avec toi plus sur l'argumentation sociologique....

Écrit par : columbine | vendredi, 04 septembre 2009

il y a une opposition absolue! et pourtant! et alors?
la contraception a permis justement aux femmes de s'approprier la fécondité, comme un (juste) retour de bâton de milliers d'années de patriarcat, qui lui pourtant reste totalement et profondément ancré : la preuve, 99% des femmes te diront qu'il est anormal que l'homme s'emmerde avec un bout de plastique sur son zguègue, le pauvret, et que c'est à elle de gober leur cacheton tous les jours, de se faire farfouiller le fondement pour y poser un stérilet etc.
Le préservatif est le mode de contraception le plus vieux du monde (en boyaux), mais honnêtement qui/combien l'utilisait? on ne saura jamais. Ce que je sais, c'est que ma grand mère et même ma mère n'en n'ont jamais vu la couleur. C'est pas pour rien qu'il y a eu la loi Veil : combien de femmes mourraient des suites d'une IVG de cuisine?
Et le préso, c'est la contraception parfaitement (enfin la mieux) partagée : c'est le mec qui le porte, mais les deux le sentent ;-)

Écrit par : miss400 | vendredi, 04 septembre 2009

je n'ai jamais entendu l'argument "le pauvret etc." en revanche j'ai souvent entendu l'argument "ça casse le mouvement". c'est sûrement une question d'habitude, comme porter un casque quand on fait du vélo...se faire farfouiller, que ce soit une fois tous les cinq ans pour un "stérilet" (nom très impropre) ou une fois tous les ans pour un test de dépistage, y a-t-il une différence...tes arguments se tiennent et correspondent à un schéma, mais ce n'est pas le seul.
du temps de nos grands-mères, une femme ne couchait pas avant d'être mariée et le seul destin d'une femme était de devenir une mère, à quoi aurait servi toute forme de contraception?
autour de moi, dans un couple, c'est maintenant souvent la femme qui décide du moment d'avoir les enfants, je dirais que le patriarcat devient partagé :- )

Écrit par : columbine | vendredi, 04 septembre 2009

Avant le mariage, ton point de vue se place du côté de la grande et moyenne bourgeoisie et de l'aristocratie. Les femmes du peuple couchaient avant le mariage, et parfois se faisaient engrosser par les premiers. Elles elles auraient bien aimé pouvoir bénéficier de la contraception.

Et après le mariage, la contraception évitait juste d'avoir 6 ou 12 enfants, et finir par détester la maternité.

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

je me régale à lire tes articles.......et voilà, un blog de plus à lire chaque matin ;) Merci!!!!

Écrit par : cranemou | samedi, 05 septembre 2009

merci à toi

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

Merci pour le lien !
En plus sur un post très drôle, qui touche un élément important !

Écrit par : Chouyo | lundi, 07 septembre 2009

je t'en prie.
vive le latex!

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

Mon muguet adoré, t'es trop forte, j'ai failli me faire pipi de rire dessus.

Je suis d'acc' avec toi, je suis pour l'égalité des sexes concernant la contraception. Y'en a marre que ce soit toujours à la femme de ramer dans son coin, qu'il s'agisse de se protéger ou de flipper quand il y a un accident.

Mister400 a raison, sinon, même quand tu dis pute, tu n'es pas vulgaire...

Écrit par : Une blonde dans la ville | lundi, 07 septembre 2009

Je savais que ça te plairait, mon coquelicot de bordures de départementale. Dès qu'on parle de stupre et de vilainies, ça te plaît uhuhuh.

Ah, je savais que je pouvais compter sur ton adhésion. Non, le MLF n'est pas mort!

moi? c'est un mot que je n'utilise jamais!

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

Il n'existe pas de moyens de contraception pour les hommes ?

Écrit par : Virginie | lundi, 07 septembre 2009

ben à part le préservatif, je crois pas. La pilule masculine? ben vu l'implication des mecs, pour te retrouver enceinte, ça serait un bon moyen :-)

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

Fais gaffe si ça se trouve je suis une collègue de mister400 et je pourrais tout à fait envisager de le violer dans les ascenseurs... ;)

Écrit par : La meuh attitude | lundi, 07 septembre 2009

je vais l'équiper en bombe lacrymo

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

Tu imposes des capotes à ton homme et il est d'accord ?
Mister400 est un saint, en fait. Et un saint bien membré qui plus est.

Écrit par : Le parisien | lundi, 07 septembre 2009

les saints ont une vie seskuelle, maintenant?

Écrit par : miss400 | lundi, 07 septembre 2009

C'est pas comme ça que tu risque de faire des petits frères à miss caca moi je dis.
Comment ça, je suis hors sujet? Mais je raconte ce que je veux d'abord!

Écrit par : Lilisijolie | mardi, 08 septembre 2009

fais toi plaiz'!

Écrit par : miss400 | mardi, 08 septembre 2009

Euh, comment dire, tu n'as pas honte de nous dévoiler ton intimité avec ton mari? En plus tout ça pour te vanter de ses capacités. Enfin tu nous ne dis pas si les performances étaient à la hauteur.
Au fait, bravo pour avoir placer le mot interdit deux fois (j'ai particulièrement aimé la seconde, et je n'en attendais pas moins de toi!)

Écrit par : Margaux | mardi, 08 septembre 2009

je ne dévoile aucune intimité, si ce n'est celle de notre caddy (mais c'est quand même plus sympa que de parler d'une boîte de petits pois, nan?)

Écrit par : miss400 | mardi, 08 septembre 2009

lol! J'adore comment tu nous parles de ton mari

Écrit par : Arilma | mardi, 08 septembre 2009

je sais pas comment il doit le prendre? ;-)

Écrit par : miss400 | mardi, 08 septembre 2009

Dis donc c'est pas très "secret story correct" ta note. Il fallait utiliser des manix !

Écrit par : Delph | mardi, 08 septembre 2009

j'ai pas tout capté (la real tv ne passe pas par moi)

Écrit par : miss400 | mardi, 08 septembre 2009

C'était long, mais bon :))))))))))))

Écrit par : Frédérique Paresseuse | mardi, 08 septembre 2009

si seulement c'était toujours comme ça :-)

Écrit par : miss400 | mardi, 08 septembre 2009

je bookmarke votre blog. D'habitude je ne commente jamais les blogs, même si leur contenu est excellent, mais là le vôtre méritait vraiment mes éloges !

Écrit par : Transpiration | dimanche, 04 avril 2010

Écrire un commentaire