lundi, 28 mai 2012

MissCaca à la ferme

ferme4.jpg

 

Quand ta MissCaca t'interroge sur une éventuelle génération spontanée de lait au chocolat, t'affirme que sa tranche de jambon c'est pas de la viande et par ailleurs te demande avec insistance d'être emmenée à la campagne pour voir plein d'animaux, tu profites de l'arrivée du beau temps pour te rencarder fissa sur une virée bucolique ad hoc.

Autour de Paris fleurit justement une bonne quinzaine de fermes pédagogiques. A ce que j'ai pu en saisir, ça veut dire concrètement qu'elles sont habilitées à accueillir des hordes de mouflets turbulents, et qu'elles sont plus particulièrement à destination de nos petites fleurs de bitume qui croient mordicus que la salade pousse en sachet dans les rayons réfrigérés du Monop, et qui semblent maîtriser nettement  plus les moeurs de défécation du pigeon  parisien que le principe de la traite des vaches normandes.

Il suffit de taper une déclinaison de "fermes enfants paris" pour obtenir un listing avec localisation et particularités. Si on est motorisé, on pourra en choisir une ferme full option, avec animaux  de la ferme bien-sûr, mais aussi ateliers pédagogiques, cueillettes dans le verger, potager, ruches...en pleine cambrousse. Si on migrationne en commun comme MissCaca et moi, on arbitrera plus volontiers via l'appli de la retape, et on choisira une ferme située dans un parc départemental proche ou mitoyen à Paris. FYI il y a ainsi des fermes au Parc de Saint-Cloud et au bois de Vincennes (mais compter une demie-heure trottignolle après le métro).

Avec MissCaca, on s'est aventurées dans un bus de banlieue, (tsais, ceux à trois chiffres, comme une bonne veste de chez Comptoir) pour trouver tout au bout le Parc départemental des Chantereines, dans les tréfonds du 92, avec sa ferme éponyme. Si le corps de ferme est bien d'origine, en colombages, tout a été réaménagé plus récemment pour les enfants : des allées bien propres, des enclos nickel, tirés au cordeau et sécurisés pour empêcher tout contact dangereux avec l'animal. Tout cela est quand même assez policé. Mais ça tient sa promesse : pas de veaux ni de vaches, mais des cochons, et aussi une jolie basse-cour, un âne, des biquettes et puis aussi des moutons dans un pré. On termine par un mini-potager et un  verger  didactiques, où tout ce qui pousse est bien étiqueté. Tu vois ma chérie, tes pommes et tes poires elles poussent là-dessus, sur les pommiers et les poiriers. (A ce moment là j'ai senti MissCaca assez bluffée. On ne se sera pas déplacé pour rien).

 

ferme3.jpg


Si MissCaca a kiffé le cochon rose et son copain le cochon marron (j'ai pas fait le lien avec le jambon, pour éviter le psychodrame), et ne s'est toujours pas remise des cocoricos des coqs d'un mètre de haut, moi j'ai adoré le vert qui m'a aéré la tête : de la fleur en veux-tu en voilà, des arbres fruitiers, de la salade en jeune pousse dans l'humus bien frais : pour un peu je me serais roulée dans le potager en broutant la roquette à même le sol.

 

Ferme1.jpg

 

ferme2.jpg

 

 A propos de graille, aucun moyen de se restaurer sur place ni même d'acheter à boire (c'est une ferme à la base, pas un parc d'attraction). Et quel que soit son choix, pas moyen de moyenner moins d'une petite plombe de transport porte à porte pour aller baguenauder au vert au milieu des bêtes. Donc  prévoir un bon pique-nique (surtout quand tu as un modèle qui réclame sa pitance à peine assise dans le bus puis toutes les 30 minutes à partir de 10h30 - ce doit être l'effet transport) et une poussette pour les plus petits.

A noter l'ouverture de certaines fermes dès potron-minet. On peut donc y aller à la fraîche (les enfants étant inextirpables du lit les jours d'école mais bondissant le weekend dès 7 heures du mat' comme chacun sait), et se retrouver quasiment seuls devant les oies beuglantes, pour se tirer vers onze heures quand les autres familles débarquent. Bon plan.


---

Ferme des Chantereines

Parc des Chantereines

Villeneuve-la-Garenne, 92

Du mardi au dimanche et les jours fériés, de 8 à 17 h.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi, 21 mai 2012

Street art [may be] a fairytale #3

MaybeAFairy1.jpg

MayBeAFairy5.jpg

MayBeAFairy0.jpg

 

 

---

Paris 4e, Paris 2e, Paris 18e.

Rendez-vous sur Hellocoton !

11:08 Publié dans Just 4 friends | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : street art, tags, graff | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 24 avril 2012

Les plaisirs démodés

miasonculturearmenie.jpg

 

Quand on m'envoie un message pour me proposer d'aller grailler dehors, je dis rarement non. Et j'adore relever des défis qui m'obligent à chercher un peu et à sortir du cercle restreint de mes cantines préférées.

Là, le brief c'était quelque chose comme trouver un déj pas chiant, à la cool et pas trop cher, ce qui correspond bien à ma philosophie de vie du moment. Et comme j'aime bien me mettre un peu la pression quand même, j'ai pensé en sus originalité et décalé, parce que j'ai trouvé que ça nous allait bien un peu aussi à toutes les deux.

Un peu plus tard, je balance l'adresse par SMS en prévenant un peu quand même : attention, c'est Paris secrèèèt.

Dans le métro (et à la bourre comme d'habitude) je reçois un sms un poil angoissé : il n'y a pas d'enseigne à l'adresse indiquée, c'est normal ou bien?

Au 17 de la rue Bleue, ne cherche pas une enseigne ou même une simple plaque qui t'indiquerait un restaurant ou même une quelconque institution, voire un gynéco égaré, il n'y a rien. De la rue, c'est une double porte absolument neutre qui garde hermétiquement son mystère. Enfin hermétiquement, jusqu'à ce que tu appuies sur le bouton bzouiii quoi ; mais gaffe, le soir il y a un code qu'il faut demander previously au téléphone (quand je te dis que c'est Paris secret).

Derrière la porte, une jolie cour pavée et arborée comme dirait l'agent immobilier. Tout au fond, une porte, un petit escalier, et au premier, étage c'est le resto de la Maison de la culture arménienne.

Enfin restaurant, s'entend. Dans les faits,  on est quelque part entre la cantoche de colonie de vacances, et l'appartement d'une mamie expatriée.

Au mur, des portraits, des paysages et des drapeaux que j'imagine arméniens. Il n'y a pas que rue la Boétie que je me sens béotienne : rue bleue, je constate mon inculture crasse en matière d'Arménie, qui se résume pour moi à Charles Aznavour et un massacre dont je maîtrise très modérément les tenants et les aboutissants. Pour l'ambiance, ça cause arménien de tous les côtés et c'est toujours plutôt bon signe, et il y a aussi les chaînes d'info en fond, comme chez les mamies toujours.

D'ailleurs, ce sont elles qui sont aux commandes,  roses, replètes, souriantes et bienveillantes. Dans la cuisine ouverte, derrière le zinc et puis aussi assises autour d'une table près de l'entrée où elles sont en train de préparer tranquillement des plats en larges portions (et inconnus au bataillon dans mon Tante Marie transgénérationnel qui me chante plutôt la Marseillaise que du Aznavour, avec ses recettes de blanquette de veau et de navarin). 

Côté carte, tu l'auras peut-être deviné tout sagace que tu es, y'en a pas. Les mamies te disent ce qu'elles ont préparé, trois ou quatre plats, autant de desserts, et tu tapes là-dedans. C'est arménien bien sûr, familial bien entendu, donc copieux, frais, home made, bon. Côté prix, on frise l'anecdotique : onze euros pour un plat et un dessert, quels qu'ils soient.

Ce jour-là, la végétarienne a eu droit à une grande salade improvisée, et j'ai opté pour le borscht - que je découvre aussi arménien, alors que jusqu'à présent il m'évoquait exclusivement la russie blanche et surannée, Dostoievski, les samovars tièdes et les datchas enneigées.

A dire vrai, après quelques minutes, je ne sais plus du tout où je suis, et certainement plus à Paris. Et à ce moment très précis, c'est très bien comme ça.

En partant, je passe en cuisine remercier, et je promets de revenir.


---

Restaurant de la Maison de la Culture arménienne

17 rue bleue, Paris 9è

M° Cadet.

 

Les plaisirs démodés, Charles Aznavour.

Rendez-vous sur Hellocoton !

15:48 Publié dans 4-heures, Be snob 4 fun | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : paris secret, restaurant, arménie, paris, adresse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 13 avril 2012

[la mer]

paques_1.jpg

paques_2.jpg

paques_3.jpg

paques_5.jpg

paques_6.jpg

 

---

Dans ces photos de mer hors-saison, une MissCaca s'est cachée. Sauras-tu la retrouver?

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:00 Publié dans Je prends l'air tous les 4 matins | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : mer, vacances, ballades | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 10 avril 2012

Paris, capitale de la mode : ☢opération hybridation☢

Le regard heurté (oui, je dis bien heurté) par ceci aux pieds d'une jeune fille dans un bus de la retape, je suis restée trop ébaubie sur l'instant pour opérer un décryptage modesque.


PARIS_CAP.jpg

 

Etonnement passé (deux ou trois stations après), j'en suis venue à poser le postulat suivant :

il s'agirait du fruit des amours improbables d'une UGG et d'un chausson érotisant à moumoute rose.


PARIS-CAPITALE-HYBRIDE_2.jpg


 


---

La rédaction de ce blog reste toutefois ouverte à toute autre hypothèse permettant d'éclaircir cette aberration du fachonne.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10:53 Publié dans Paris, 4pitale de la mode | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 01 avril 2012

Mon empire pour un (bon) brunch

BRUNCH_0.jpg

 

Le brunch j'en ai brunché et overbrunché, depuis la fin des 90's où il avait été promu meal to be pour les bobos frémissants que nous étions. De la Bastille cracra à la place du marché Saint Ho' (pti tour chez Coletttt-annn passaaant) aux Halles et les cours intérieures des four stars, j'en ai testé des formules de toute sorte. Point trop n'en faut comme dirait l'autre, depuis quelques années, lasse du brunch j'étais.

Et particulièrement du brunch pas trop cher mais franchement boarf niveau qualité du produit. Et aussi de celui à 40 boules around, certes très bon et très copieux avec son "buffet à volonté", mais vois-tu j'ai toujours trouvé que tout ce qui s'apparentait au all you can eat ricain était  d'une vulgarité absolue (eh ben ouais), surtout quand on est pourvue comme moi d'un estomac de mulot (oui de mulot) vite creux mais tout aussi vite rempli : 40 euros pour une viennoiserie, une tartoche, un jus et une petite assiette avec trois machins dedans, c'était juste plus possible, surtout si tu trend settais de la #décroissance.

Le Café de l'Empire c'est une déco bistro en maj et boudoir en mineur, sise à l'angle de la rue de Verneuil et de la rue du Bac. Je t'entends crier au loup que le 7ème c'est un arrondissement ultra cher (en effet) et que les prix pour se restaurer doivent être idoines (en effet). On ne peut être que surpris d'y dénicher une formule brunch du dimanche à 16 euros.

En préambule, café ou thé, jus de fruit, corbeille de baguette tradi+mini viennoiserie+tranche de quatre-quart à se damner (Eric Kayser est juste en face, qui fournit la maison).

Deux plats au choix pour continuer : carpaccio au basilic ou saumon fumé blinis (blinis moelleux et délicieusement tièdes, saumon généreux et savoureux). Plus des oeufs brouillés juste parfaits.

BRUNCH_2.jpg


Pour conclure, fromage blanc, pruneaux au Brouilly (la spécialité de la maison) ou salade d'agrumes : la peau a été délicatement otée, le petit-jus-du-fond est exquis car parfumé par des bâtons de cannelle et - improbables - des fleurs d'anis. (Non mais, des fleurs d'anis quoi!)

BRUNCH_3.jpg

 

BRUNCH_4.jpg

C'est beau ça, non?

 

Le service est girlz only, souriant, détendu et aux petits soins. La clientèle est adulte, du quartier et donc bien bourgeoise, avec quelques rares touristes égarés : le Café de l'Empire est au milieu du triangle muséal (putain c'est de plus en plus beau ce que j'écris) Orsay - Louvre - Maillol, et Saint Germain n'est pas loin non plus.


Le bilan est, sans suprise, assez dithyrambique : quartier classieux trendy, service sympa, brunch roboratif et très bon pour un prix très raisonnable.

Attention, pas de réservation possible. A 12h30 c'est déjà bien rempli, et à partir de 13h, il faut attendre.


---

Café de l'Empire

Brunch le dimanche à partir de 12h, 16 euros.

42 rue de Verneuil / 17 rue du Bac, Paris 7ème

Métro Rue du Bac

Rendez-vous sur Hellocoton !

19:40 Publié dans 4-heures, Be snob 4 fun | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 24 mars 2012

Street art is not a fairytale #2

Street-Art_1.jpg

 

Street-Art_6.jpg

 

Street-Art_3.jpg

 

Street-Art_7.jpg

 

 

---

Paris 18è.

Street art is not a fairytale #1

Rendez-vous sur Hellocoton !

17:08 Publié dans Looking 4 attitioude | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : street art, graphes, graffitis, paris | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 13 mars 2012

Exhibitions

Image 1.png


Bon je sais, le titre est délibérement incomplet, mais si j'avais mis exposition dedans aurais-tu laissé ta souris s'y attarder mon bobo? C'est qu'à chaque fois que je parle cul(ture) ici c'est sur un mood déconnade. Par exemple, previously je t'ai fait découvrir sur ce blog un zizi du XIXè (siècle, pas arrondissement, j'évite l'est de Paris autant que possible on s'esscuz - quoique à bien y regarder je pense que mon analyse était hâtive et il me semble désormais qu'il s'agissait plutôt de ce que l'on peut communément appeler une demie molle) et aussi des têtes de mort rigolotes (non d'oxymorons sur la blogosphère tu ne feras point, c'est écrit dans les dix commandements du wikio).

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je viens faire l'article pour l'exposition Exhibitions, base linée L'invention du sauvage, visible nunc au Quai Branly.

Pourquoi je te parle de cette exposition mon bobo, au-delà du fait que je te donne ainsi la possibilité de faire croire à ton N+1 que tu y trainé tes UGG? C'est que j'aime bien mettre le nez dans mon caca en général, parce qu'un peu d'humilité ne fait jamais de mal.

A mon sens, ce n'est jamais mauvais de se replonger dans ce  qu'on appelle pudiquement les "heures sombres", les "moments peu glorieux" et autres circonlocutions désignant nos années et actions honteuses et bien pis, pour lesquelles nous avons une farouche tendance à organiser tacitement un déni absolu et national.

Oh tu vois bien de quoi je veux parler, entre esclavagisme et collaboration, on a que l'embarras du choix dans l'hexagone niveau abjection.

Aurait-on mieux fait, aurais-je fais différement? Aurais-je tenu mon raisonnement actuel? Aurais-je eu mon libre-arbitre? Aurais-je eu du courage? Le courage de penser différement, le courage d'agir?

Rien n'est moins sûr, parce que la pensée était différente, parce que les certitudes étaient différentes. Parce que la parole ne vaut rien et que seuls compte les actes, et que je ne suis sûrement pas plus futée ni couillue que ne l'étaient mes aïeux.

Ainsi, il n'y pas si longtemps, on était convaincu que l'Homme noir était un sauvage, quasi une bête, le chaînon manquant entre le singe et l'Homme. La preuve, il était nu, il vivait dans la nature, il n'avait pas qu'un seul Dieu, il était différent de nous, Européens civilisés. Imagine-toi que Christophe Colomb qui n'avait jamais décarré plus loin que chez les rosbifs (ce qui était déjà wahou pour l'époque) a écarquillé les yeux devant ses "indiens" en Amérique pis que David Vincent devant les envahisseurs. C'est qu'il ne s'imaginait même pas trouver Homme qui ne soit pas blanc et sapé comme lui.

Dès lors, les expéditions n'ont eu de cesse de ramener ces sauvages de tous les continents pour les exhiber, exhiber leur exotisme, leur bestialité, leurs différences : de la Vénus hottentote au large popotin aux "sauvages" qu'on faisait danser demi-nus dans les foires, parfois regroupés en villages humains reconstitués dans les jardins d'acclimatation ou dans les expositions universelles du XIXè, devant nos ancêtres ébahis, rigolards ou dégoûtés.

La scénographie d'Exhibitions prend le partie de recréer et d'exagérer la notion d'exhibition avec force rideaux rouges, lumières de scène et autres jeux de miroir, qui mettent en valeur un nombre impressionnant de documents : affiches, photographies, théories des races et de l'évolution fumeuses... Le visiteur éclairé saisira l'emphase ironique. L'autre pourra tomber dans le piège de la monstration de la différence et c'est dommage.

Montrer la et les différences et s'en moquer pour se rassurer, pour se dire que nous ne sommes pas ça sûrement, que nous sommes mieux que ça, supérieurs probablement.
Ferait-on mieux aujourd'hui? Agirait-on différemment?

La dernière salle de l'exposition projette des témoignages d'individus contemporains. Plus de "sauvages", plus de femmes à barbe ou de nains de foire. Mais des gens différents de la norme, de notre norme : une femme voilée, un trisomique qui dit en substance "je sais que je suis différent, et je m'aime comme je suis, et je suis quelqu'un de bien". Les regarde-t-on différemment que nos aïeux les sauvages et les monstres de foires? Sans apriori ni comparaison, ni sentiment de supériorité?


---

Exhibitions

Jusqu'au 3 juin 2012

Musée du Quai Branly

Fermeture hebdomadaire le lundi; nocturnes jeudi, vendredi et samedi jusqu'à 21h30.

M° Alma-Marceau, Bir-hakeim ou Ecole Militaire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

12:40 Publié dans 4 sous de sociologie, Les 4 vérités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 05 mars 2012

C'est le meilleur Bo bun de Paris!

bo_bun.jpg

 

L'autre jour ma jumelle blogosphérique mettait en ligne cette vidéo hilarante sur les tics et manies verbaux des Parisiens. On a été un bon paquet à pouffer en reconnaissant  toutes nos phrases cultes qu'on ne soupçonnait même pas telles.

(Bah oui, nous les Parisiens, on a heureusement pour bon nombre un vrai sens de l'auto-dérision qui nous empêche de sombrer totalement dans le ridicule).



Entre autres phrases types, on a tous prononcé cent fois une déclinaison de celle là "Ah mais c'est LE meilleur burger/sushi/chinois/thaï... de Paris!".

Je me demande bien pourquoi. Est-ce parce que Paris compte des milliers de resto plus ou moins heureux et de multiples horizons gastronomiques, et que partageurs et altruistes que nous sommes, nous voulons éviter à nos potes d'errer de gargottes en bouibouis dégueu et de se rendre directement dans LE bon plan bon et pas cher?

Je pencherais plutôt pour notre melonite consubstantielle qui fait qu'on se réclame d'avoir su dénicher le meilleur resto, les autres n'étant, conséquemment, que des merdes indignes d'un quelconque intérêt. 

Du reste, rien que dans ce blog, j'ai déjà publié par le passé un billet sur le meilleur bo bun de Paris, et le meilleur bar à tapas de Paris. Enfin je veux dire que ce sont les meilleurs, hein. Normal, c'est moi qui le dit. (Le reste t'oublie, c'est de la merde).

C'est donc un poil dubitative, mais prête (tu parles) à remettre mon jugement infaillible en question que j'ai accompagné des potes (dont la Blonde) l'autre soir dans leur meilleur bo bun de Paris.

J'ai pas été déçue. Je me marrais tellement (jaune) que j'ai LT toute la soirée en dolby stereo avec la Blonde.

 

Image 1.png

Image 2.png

Image 3.png

Image 4.png

Image 7.png

Image 5.png

 

Néanmoins, bouffer un bo bun (objectivement) totalement insipide et qui était renvoyé en cuisine une fois sur trois ne m'a pas empêché de tenir des propos d'une haute acuité sociologique sur les tables voisines (on remerciera plutôt la Tsin Tao).

Image 6.png

Image 8.png

(Tu sais, les seconds rôles de téléfilms français que t'as vu 20 fois depuis 15 ans mais dont tu ne connais pas le blaze.)


---

Sinon, la prochaine fois, je publierai un billet sur LE meilleur ramen de Paris.


Rendez-vous sur Hellocoton !

12:50 Publié dans 4-heures, Looking 4 attitioude | Lien permanent | Commentaires (12) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 25 février 2012

MissCaca et ☆Barbie☆

BARBIE1.jpg

Hi hi hi...J'ai l'air con, hein?


Ca y est. MissCaca commence à s'intéresser sérieusement aux Barbie (et autres contrefaçons quasi conformes, mais toutes made in China t'inquiète). Damned.

Le problème est non pas de parvenir à éviter que ta fille soit  subjuguée par ces connasses débiles et stéréotypées à gros nib' (ça j'ai même pas essayé. Elle lira Le Deuxième sexe dans quelques années épicétou), mais de trouver un moyen de distinguer toutes ces connasses débiles et stéréotypées à gros nib'.

Bah oui se sont des clones : veuchs longs et blonds oxygénés toujours, oeil bleu lavasse identique, sourire figé et somme toute un peu con de rigueur, même taille de bonnet extravagant et systématiquement jambes qui représentent les 2/3 du corps. Ah et position sur les pointes à chaque fois. Rapport qu'elles semblent toujours attendre que tu leur enfiles des talons de 12cm alors qu'elles sont à oilpé. La base quoi.

Bref, t'as Barbie 1, Barbie 2...toutes pareilles hein, version putes Aryennes décérébrées. Un régal.

Nous avec MissCaca on a trouvé un chouette moyen de briser un peu l'uniformité et d'installer le distingo. Eeeeh ouais. 

On te présente Barbie Sans Tête.

 

BARBIE2.jpg

Hi hi hi...ah ben j'ai encore plus l'air con maintenant.

 

Et ne plus avoir de tête pour une Barbie présente de nombreux avantages niveau jeu. Eh ouais. Figure toi qu'avec une tête amovible tu as une palette de scénari beaucoup plus élargie à ta disposition que si la tête était bêtement restée vissée aux épaules.

Par exemple tu peux balader Barbie avec sa tête sous le bras, version it-bag. Et ça, ça fait vraiment beaucoup marrer ta fille de trois ans.

 

BARBIE3.jpg

La-la-la, je me promène avec ma tête-eeeuuu

La photo a été mise en N&B pour atténuer l'effet gore. De rien ça m'a fait plaisir.


Tu peux aussi utiliser ta tête comme une moufle. Utile en ces temps frisquets.

 

BARBIE4.jpg

La-la-la, je me triture la glotte-euuu.


Et quand Barbie est fatiguée de se balader, ben elle peut s'assoir sur sa tête pour se reposer. Drôlement pratique.

 

BARBIE5.jpg

Et prout dans mon oreille!

(Je sais pas ce que t'en penses, mais je trouve que les sous-vêtements de Barbie sont quand même un peu oinch).


Sinon comme MissCaca est également très branchée princesse en ce moment (elle se pavane régulièrement dans l'appart avec sa robe de princesse rose, la baguette magique qui fait sceptre et la couronne extravagante conçue à l'école à grand renfort de gommettes et papier alu pour l'épiphanie), on a évidemment appelé la Barbie sans tête Marie-Antoinette.

Enfin disons que quand MissCaca a accidentellement (jte rassure je lui laisse pas encore le sécateur entre les mains) arraché la tête de la Barbie à force de lui faire faire des rotations à 360° (genre les meilleurs moments de l'Exorciste), et qu'elle s'est ramenée avec la Barbie et un air qui disait môman j'ai fait une grosse bêtise, j'ai juste éclaté de rire en m'écriant :

OH! MARIE ANTOINETTE!


BTW va falloir qu'on m'explique pourquoi les gamines de trois ans sont fascinées par les rois et les princesses. Qu'on ne me parle pas d'acquis, je suis sûre que des siècles de royauté et d'allégeance sont inscrits dans nos gènes. J'ai donc désamorcé tout ça version #1789.

"- Maman pourquoi elle s'appelle Marie-Antoinette la Barbie sans tête?

- Bah euh (merde)....parce que tu vois la dernière reine elle s'appelait Marie-Antoinette et que ...les gens ils ont euh ben coupé la tête du roi et de la reine il y a euh...longtemps.

- Pourquoi?

- Euh ben parce qu'ils étaient très très méchants avec les gens,  tu vois qui étaient très pauvres et puis euh bon bref...euh mais maintenant on ne coupe plus les têtes hein t'inquiète pas..hum.

- Mouahahahah! Marie-Antoinette! C'est rigolo maman!" (ouf!)


---

Il n'est jamais trop tôt pour instiller un peu de conscience politique et féministe dans la tête d'un enfant, moi je dis.

Rendez-vous sur Hellocoton !

11:35 Publié dans Les 400 coups de MissCaca | Lien permanent | Commentaires (15) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 17 février 2012

#pardon

Hey mes bobos,

comme le temps passe, on me dit que ça ferait déjà deux semaines sans inepties sur ce blog. WTF?!


Mais c'est qu'en ce moment je suis très très sur Twitter, on s'esscuz, à live-twitter ma vie passionnante et (conséquemment) à inonder la TL de #conneries.

Du MissCaca (dans ses grandes heures)  :

Image 7.png

Image 8.png

La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre mon bobo.


Une intégrale #RussellCrowe somme toute assez violente (surtout d'un point de vue hormonal) :

 

Image 5.png

Image 6.png

Image 7.png

Image 8.png

Image 3.png

Image 1.png


Mais aussi des débats de haute volée :

 

Image 3.png

Image 4.png


Mais aussi de l'humour :

 

Image 9.png

Image 10.png


Mais aussi de l'Histoire (avec un grand H) :

Image 2.png


Mais aussi de la politique :

Image 1.png

Image 2.png

Image 3.png

Image 4.png

Image 5.png


Mais aussi de la philosophie :

Image 14.png



Bientôt je vais live-twitter quand j'irai pisser, c'est je pense le stade ultime.


Ah sinon (et ça cette fois c'est absolument sérieux), ma jumelle blogosphérique et cosmique, dois-je le péciser il s'agit de ma cop La Blonde (tu sais celle qui part en weekend écraser du béluga gros-grain sur des draps en coton d'Egypte et autres vilénies avec des mâles assez mal intentionnées dans des relais&châteaux aux noms appropriés) est co-scénariste d'une bédé que s'appelorio Pink Daïquiri et qui va être éditée chez Lombard.


 

Image 6.png


Est-ce bien utile de te dire que je suis trop fière pas forcément  car tu t'en doutes, mais que tu peux allez voir ça de plus près et notamment lire le pitch, ça oui.

Connaissant La Blonde, bien évidemment le scénar est essentiellement basé sur le sexe, l'orgasme et également la gaudriolle, et aussi l'amitié parce que bon, enfin bon.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi, 02 février 2012

❤❤❤ I love the 70's ❤❤❤

Magnets2.jpg

 

Magnets1.jpg

 

Magnets3.jpg

 

 

---

Magnets - La FNAC

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:16 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 29 janvier 2012

HelloFresh, du frais et des idées pour les feignasses

Hellofresh7.jpg

La vieille base line que je viens de leur trouver, là...


Le micro-ondes et congélateur ne m'en parle pas, c'est le mal. Les fruits et légumes des cybermarchés affreusement chers, et ils arrivent toujours en état de semi-putréfaction ou avec un coup de froid dans la tronche.

Mon modus, c'est acheter juste ce qu'il faut pour la semaine de fruits et de légumes chez le primeur du coin pour faire tous les soirs à MissCaca sa souplette, sa purée ou son petit sauté de  légumes frais. Oh la môman-vitamines que voilà. Mais j'avoue que niveau originalité je tourne toujours autour des sempiternelles courgettes-carottes-tomates-patates-broco. Bref, y'a du laisser-aller du côté de la créa.


Quand on m'a demandé de tester HelloFresh, j'ai donc dit bingo.

Le concept : on reçoit chez soi et une fois par semaine des sacs contenant juste ce qu'il faut de produits frais pour réaliser trois ou cinq menus pour 2 à 6 personnes: légumes, viande, poisson, oeufs, fruits, herbes aromatiques... Accompagnés de recettes simples mais variées, avec un petit truc original pour sortir des cinq-six plats dans lesquels on tourne toujours par facilité et manque d'inspiration.

 

Hellofresh2.jpg


Les bons points :

- la livraison en sacs en papier. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup* : esprit grocery store, écolo et parfait niveau size pour être utilisés en bac à recyclage papier-plastoc dans la cuisine ensuite,

 

Hellofresh1.jpg


- les herbes et légumes ultra frais. Les radis étaient si beaux que j'ai eu envie de les dévorer là, tout de suite, debout, dans la cuisine, contre l'évier (jésusmariejoseph que tu as les idées mal placées toi des fois),

 

Hellofresh6.jpg


- les produits bio : pain moisan, yaourts de biquette...pas tous bio, mais au moins une partie, ce qui correspond bien à mes emplettes de bobo habituelles,

 

Hellofresh4.jpg


- les produits de saison et variés : carottes, panais, choux, clém..., on évite les cerises du Chili de janvier au bilan carbone démentiel et on apprend à cuisiner de saison et légumes oubliés au passage. La bobo est encore contente youpiya,

- les recettes fastoches, rapides : une évidence, mais ça va mieux en le disant. Parce qu'en plus de la bouffe, j'ai toujours comme qui dirait une MissCaca sur le feu le soir,

- et originales. La poëlée chou-canard-carotte-gingembre torchée en dix minutes, niveau assoc' c'était osé. Et une tuerie.


Les peut-mieux-faire :

- les sur-emballages : une coque en plastique pour deux pommes, est-ce vraiment indispensable, surtout quand le reste crie "bio" et "commerce de quartier"? Bah bof quoi...

 

Hellofresh11.jpg


- le cabillaud. Dommage qu'avec les produits de saison, on n'aie pas jusqu'au-boutisé la logique écolo en évitant les poissons en voie d'extinction. (José, pardon, je me flagellerai aux plants de maïs pour la peine).

 

Hellofresh8.jpg


- les calories et le blabla de la diététicienne avec les recettes. Je suis no diet, ça m'encombre la vue, et en plus ça me fait culpabiliser quand je vois 730 (!!) calories pour un menu que j'aurais estimé à 400 à tout casser,

 

Hellofresh3.jpg

 

 

- beaucoup de recettes au four. Ah. Mais moi j'ai pas de four, dans ma ptite cuisine parisienne. Je les ai adaptées en version cuisson sur feux à l'étouffée (par exemple le panais-cabillaud que MissCaca a dévoré et que miamiam c'est très très bon maman) mais pour le crumble forcément, les pommes on en fera plutôt une compote à la rolecasse...


Et on termine avec le nerf de la guerre #décroissance  2012 et de la #crise : le prix. 49 euros par semaine pour un panier de 3 menus  frais copieux et complets pour 2 personnes. L'expérience prouve que c'est difficile de composer trois menus pour deux avec des produits frais, avec une viande ou un poisson, pour moins cher que ça. Si pour les quatre jours restants, on se la joue soupe de légumes maison ou coquillettes-crème fraîche, ça le fait. Et la livraison est gratuite.


http://www.hellofresh.fr/

---

*Blind test.

Billet non rémunéré, mais panier offert à la taulière.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10:35 Publié dans Prends l'oseille et tire-toi | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : hellofresh, avis, test, livraison, frais, menus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 23 janvier 2012

Un Paris 4pitale de la mode qui ne manque (certes) pas de chien

Paris-Capitale_mode.jpg

 

---

Rrrrouaf.

(Ca faisait longtemps, hein?)

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi, 14 janvier 2012

MissCaca et la phase scato

tchoupi.jpg


MissCaca est en pleine phase scato.

Avec un sobriquet pareil, qui sonnait tout plein de promesses de ce côté-là, je m'attendais à quelque chose d'assez exceptionnel.

En effet, ça donne au quotidien de jolies choses :


- Mélomane : "Caca dans une trompette!"


- Passionné : "Maman je t'aime jusqu'aux étoiles, tu es très jolie pipi de chien."


- Parisien : "Crotte de pigeon, crotte de pigeon, dégoûtant dégoûtant cacacacacacacaca!!"

 

- (?????!!!!!?????) : "Maman t'es une coquine éléphant caca, t'es une coquine prout!" 


 

---

Y'en a plus que pour trois ans. En attendant je travaille mon référencement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

13:45 Publié dans Les 400 coups de MissCaca | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : scato, phase, trois ans, pedopsy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 12 janvier 2012

#soldes #fuckallshrinks

400_shopping.jpg

 

 

---

Ba&sh

65 avenue Victor Hugo, Paris 16è,

M° Victor Hugo

Rendez-vous sur Hellocoton !

17:40 Publié dans Paris, 4pitale de la mode | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 04 janvier 2012

¿Borracho? ¿¡Como no?!*

Pena_del_medio_1.jpg


Ah mon bobo, des bars à tapas dans Paris, c'est pas ça qui manque. (Et qui déçoit).

La Pena del medio, c'est un nom doucement mélancolique qui aurait pu sortir tout droit de la bouche d'une héroïne d'Almodóvar, par exemple de celle d'Amanda Gris, le personnage central de ce merveilleux film qu'est La Flor de mi Secreto.


Quand tu entres, ça cause español de todos los lados, et c'est toujours une bonne indication.

Les serveurs, ils sont aussi espagnols. Et en cuisine, c'est catalan, plus précisément. Attention, faut pas confondre, y'a sensibilité.

Niveau decorum et ambiance, on est proche de ce que j'ai pu expérimenter à Madrid, dans les bars à tapas locaux.


A la carte, les tapas fleurent bon la virée en Espagne, de la croqueta de chorizo à 1,5 euro, au Bellota AOC à 6,90 euros. 

La carte est escondida dans des protège-cahiers en plastoc de couleur, comme en CE2. Nostalgie scolaire.

On prend un peu de tout et on partage entre copines en piapiatant à tout va. Le tout est  très, très bon, et servi avec le sourire et l'accent qui va bien.

On arrose de vin espagnol, et de mojitos pour mézigue. J'ai connu de meilleurs mojitos, mais ceux-là sont respectables.


Pena_del_medio_2.jpg

¿Ya bebí toda mi copa? Tal vez...


A vingt-deux heures, LV2. Je parle couramment espagnol avec le serveur. Normal.

A vingt-trois heures, mathématiques. Je me sens soudainement douée en maths. Très. Niveau équation, je pose quelque chose d'infaillible comme : (Mojitos + copines marrantes + histoires simplement improbables + maravillosos tapas) = grosses, mais vraiment grosses marades.

A minuit, sciences naturelles. Observation de la parade pré-nuptiale du blaireau dans son biotope urbain. On notera que sur les trottoirs parisiens comme à la campagne, la fumée fait sortir le blaireau de son terrier.

A une heure du mat', informatique. La question du jour est posée par Mlle Monteskieu, élève de 5ème 2 : comment peut-on être blogueuse? Un consensus s'établit autour du port de vernis OPI. La référence Put Me One in My (...) if U Can est privilégiée.

A deux plombes du matin, français. Sujet du jour : pour vos bons voeux, trouvez des rimes autour de "deux mille douze". A ce stade - et on s'esscuz' - l'assonance romantique est assez improbable.

(Développez dans les commentaires. Vous avez une heure).


---

La Pena del Medio

(Tapas de Barcelona)

65 rue du Ruisseau, Paris 18ème.

M° Jules Joffrin

 

* Hubert-Félix Thiéfaine, Pulque, Mezcal Y Tequila - Eros Über Alles.

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:00 Publié dans 4-heures | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 02 janvier 2012

Street art is not a fairytale

PERE_NOEL.jpg

 

Le grand ramdam de fin d'année est terminé.

Je suis juste fatiguée. Et apparemment je ne suis pas la seule.

(Mon foie et le père Noël sont d'accord).

 

---

11 mois de relâche. Enjoy.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi, 30 décembre 2011

4 brèves et autres réflexions illustrées (issues du Noël 400 et des plus hautes sphères de la pensée)

 

NOEL400B.jpg

Si tu massacres un Bach au piano, tes huîtres auront systématiquement les boules.


 

NOEL400A.jpg

Lorsque tu bois trop de Bordeaux, tu scores à 30 points par coup au scrabble et tu as le coeur sur la main.


 

NOEL400C.jpg

La confiture et le crumble font grossir : la preuve, tu peux plus mettre ta robe de fée qui brille seulement dix minutes après.


 

NOEL400D.jpg

On sait pas si le père Noël bouffe du thon corse, mais il crache des cadeaux chinois.


 

---

Eh ben le niveau. On dirait bien que j'ai pas débourré.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:37 Publié dans Looking 4 attitioude | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 28 décembre 2011

MissCaca et la vocation précoce

Quand MissCaca m'a demandé une valise de médecin l'année dernière, vus les whatmille épisodes de chiasses victoriennes*, pics à 40,5° et autres joyeusetés qu'elle m'a fait depuis sa naissance, ça ne m'a pas étonné.

Qu'elle joue avec passion avec le matos du généraliste (complaisant) à chaque visite, pas davantage.

Mais qu'elle décide de décorer son sapin de Noël avec ses fake thermomètre, piquouze et stéthoscope, là je me demande?

Sapin_MissCaca1.jpg

Sapin_MissCaca2.jpg

 

(J'vais quand même ocazou commander une plaque au graveur).

 

---

* Rien à voir avec le XIXè rosbif, mais plutôt avec les chutes glougloutantes et autres cataractes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

15:48 Publié dans Les 400 coups de MissCaca | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 19 décembre 2011

Les chemins de traverse

A moins d'une semaine du grand soir, promesse de liesse pour les plus jeunes, de calvaire pour la majorité des autres, on voit de plus en plus des mines effarées, on entend de plus en plus de complaintes angoissées. OMG, il manquerait un 523è cadeau à mettre sous le sapin et les magasins seraient blindés de hordes hystériques et anxiogènes. Bah oui. Bah non je ne te ferai pas l'affront d'une nième liste de choses incontournables à acheter en urgence. Mais plutôt quelque chose du genre : comment continuer à battre le pavé parisien sereinement et tranquillement et baguenauder loin de la foule et des grandes enseignes en chinant ça et là des choses insolites sur un malentendu?

On oubliera donc mon bobo Haussmann et consors, et on ira plutôt se perdre au fil des ruelles, des passages et autres galeries. Pour cela, on ira frotter ses semelles du côté du sentier, de la Bourse et de la rue Montmartre, et on peut ainsi faire un joli brin de parcours ponctué de boutiques obscures et improbables, de marchandises singulières et atypiques, sans presque lever le crayon, de la limite du marais jusqu'au 9ème.

On pourra y croiser : un empilement de porcelaines fines en équilibre faussement précaire, un amour et un duo cynégétique peut-être issus de Sèvres pour grand tata Michelle (mais si tata, je te dis qu'en ce moment ressortir tes vieux bibelots et  tes biscuits c'est ten-dance...nan pas ceux de ta boîte en métal Lefèvre-Utile, les autres...), un chien que la frénésie de Noël laisse définitivement dubitatif, un seau  en zinc cabossé peint en rouge pour  que ton beauf bobo du côté du canal Saint Martin y stocke son recyclage cartons papiers et vieux Libé, des poignées très colorées pour customiser le semainier en noyer déprimant chiné par ta meuf à Vanves cet été, des boules en métal frappé pour ton sapin déjà déplumé, un troquet au nom inspirant pour plaquer l'objet de ton désir contre la pierre haussmannienne juste à côté, de jolies boîtes  orginales en carton flowers 70's japonisantes pour ta nièce de huit ans, une rue bien nommée pour faire chauffer ta cébé, un journal intime girly relié main et pièce unique pour ta cousine de douze ans, des  mini-bocaux de fake candies and cakes pour ta fille de cinq, une madone et un squelette d'une bête non identifiée coincé dans du plexi (qu'on dirait du Damien Hirst) pour la jouer cabinet de curiosités sur ta cheminée, et enfin des beaux livres et des vieilles revues pour ton père féru de l'aviation de la 2ème guerre et de Saint-Ex, du lieutenant colonel Lawrence et de la prise d'Aqaba (ton père est d'un conventionnel historique toi alors...).

 

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

noel,2011,2012,cabinet de curiosité,jouets,cadeaux

 

Et un raton-laveur.


---

Atelier Bourg l'Abbé, 14, passage du Bourg l'Abbé, Paris 2ème (porcelaines etc.).

Rickshaw, 7 passage du Grand Cerf, Paris 2ème (seau, poignées et boules).

Café Le Coeur Fou, 55 rue Montmartre, Paris 2ème.

Pois-Plume, 71 rue d'Argout, Paris 2ème (boîtes cartonnées).

Atelier-boutique Hemingbird, 7 passage des Panoramas, Paris 2ème (carnet broche).

La Boîte à Joujoux, 4 passage Jouffroy, Paris 9ème (bocaux de poupées).

Le Cabinet des curieux, 12 passage Verdeau, Paris 9ème (madone et autres curiosités).

Libraire la Farfouille, 27 passage Verdeau, Paris 9ème (revues et livres anciens).

Rendez-vous sur Hellocoton !

15:36 Publié dans Be snob 4 fun | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : noel, 2011, 2012, cabinet de curiosité, jouets, cadeaux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 15 décembre 2011

MissCaca et l'emphase picturale

- "Maman?

- Mon amour?

- C'est quoi sur ton visage là?

- Euh ben un bouton.

- Ah d'accord."



- "Maman regarde, je dessine un bonhomme.

- C'est bien mon chaton.

- Je lui fais des boutons.

- Ah ben oui dis donc, il est gâté ton bonhomme. Tu lui en as fait au moins 20 sur la tronche, et des gros!

- Ouais. C'est toi."


 

bouton,acné,enfant


---

(J'adore ma fille).

(Non elle n'est pas marseillaise).

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:37 Publié dans Les 400 coups de MissCaca | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : bouton, acné, enfant | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 05 décembre 2011

Masking tape

masking tape,la hune,merci,muji

Etoile des neiges...

 

Que se passe-t-il, mon bobo, avec le masking tape? Il me semblait bien qu'il avait pointé son nez inepte en 2010, et  je supposais qu'il avait été légitimement remisé au fond des tiroirs dans la foulée.

Mais voilà que flânant très germanopratinement à La Hune, j'en croise un plein bac, à droite de l'entrée et bien en vue, juste à côté des Moleskine. Le masking tape aurait-il en un an gagné ses galons trendy? Du multicolore à fines rayures, du à pois 50's so winter 11-12, les rouleaux se serrent  par dizaine dans un bac en bois sur lequel Jean-Paul, c'est sûr, à opéré une apposition des mains en son temps (pas Jean-Paul II, enfin! Jean-Paul Sartre). Espérons que ce jour-là, il n'avait pas les Mains Sales.


(oui, bon)


Quelques jours plus tard, discussion de filles chez Merci (soit  : mecs, fringues et mômes) où là encore le masking tape est mis à l'honneur. Pour nos amis en régions, Merci est une sorte de néo-Colette, plus bobo car avec une vague philosophie éthique derrière du genre altruisto-consumériste.

A n'en plus douter, le masking tape est violemment propulsé up-to-date.

Ceci étant posé, je ne parviens pas à me faire à l'idée qu'on puisse vendre quelque chose de totalement inutile à la littéraire et intellectuelle Hune. Oui il y a bien des petits objets futiles à La Hune, tel le marque-page moyen, par exemple. Mais ils ont tous leur utilité en lecture, en écriture, que sais-je, mais le masking tape??!

Eléctroménagère nous avait démontré par l'image et l'an passé que le masking tape oui, pouvait vraiment servir à quelque chose : si on s'en servait en tape. Mais n'occultons point mon bobo la dimension masking dudit tape. Qui dit masking dit planquage, et soyons fous, mais vraiment fous : déguisement. Alors?

Finalement l'apogée du masking tape ne devait avoir lieu qu'en 2011. Déçus par l'Etat, désenchantés par l'amour, désillusionnés par la famille, dézingués par le boulot, déboulonnés par la crise, on se laisse presque enchanter par un petit rouleau qui nous dit achète moi, et pour seulement quelques euros je vais me dérouler seulement pour toi, étaler dans ta vie un peu de mes couleurs et de ma fantaisie, et pour une longueur déterminée parce que sans frustration, pas de plaisir.


masking tape,la hune,merci,muji


Sur ces bonnes réflexions qui ne détonneraient pas à l'heure du premier pastis du matin au bar-tabac le Tir au But, revenons à des considérations plus prosaïques et pragmatiques. Si un peu partout le rouleau de masking tape se vend mas o menos 4 euros à l'unité, j'ai déniché le good bargain pour toi chez nos amis japonais Muji : les 5 rouleaux de masking tape special christmas pour 4 euros. 


masking tape,la hune,merci,muji


De retour chez moi, j'ai donc pensé mascarade et futilité en majeur, avec quand même planquage de petits défauts en mineur. J'ai étalé le masking tape préférentiellement dans la cuisine, qui ressemble déjà structurellement à un sapin de noël toute l'année, entre les magnets de MissCaca, les 2.393 autres merdes collées sur le fridge ou la porte du lave-vaisselle, les petits cadres en équilibre et tout le bordel qui traîne un peu partout.

 

masking tape,la hune,merci,muji

 

Ben tu sais quoi mon bobo? Poser du masking tape jingle bells dans la casbah m'a fait plaisir. Et voir par la suite MissCaca rire (dans un mood : ma mère est décidément brindezingue, et j'adore ça) en découvrant mes frasques encore plus.


masking tape,la hune,merci,muji

 

Et pour les obsessionnels du nécessaire, les réac du frivole : celui là tu pourras t'en servir aussi pour faire tes paquets de fin d'année...

 

(Bon allez, je la fais aussi) et désormais, je ne pourrai plus dire : le masking tape, je m'en tape.



---

Merci,
111 bd Beaumarchais, Paris 3ème,
M° Saint-Sébastien-Froissart

La Hune,
170 bd Saint Germain, Paris 6ème,
M° Saint-Germain-des-Prés

Muji,
27 rue Saint-Sulpice, Paris 6ème,
M°Mabillon ou Saint-Sulpice

Rendez-vous sur Hellocoton !

07:08 Publié dans 4 sous de sociologie, Be snob 4 fun | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : masking tape, la hune, merci, muji | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 30 novembre 2011

4

comptoir des cotonniers,h&m,et vous,levi's 511,mellow yellow

La rebelle qui s'assoit au fond du bus de la retape!

Trop chanmé la vérité...


- Comme +4 kilos en 4 mois. Hum. Sachant que mon poids est directement corrélé et proportionnel à mon degré de bonne humeur on s'en réjouira. Dommage simplement que j'ai brûlé peu de calories mais trois chiffres chez Comptoir début septembre dans un pantalon noir feu au plancher qui me fai(sai)t un cul d'enfer, juste parce que j'étais tombée amoureuse du ruban d'inspiration militaire passant au niveau de la ceinture et au dessus du dit cul. Désormais je dois faire un choix : le boutonner mais ne plus respirer, ou bien ne plus le mettre et attendre un épisode de famine.


Au bilan : le dilemme ne fait pas long feu, au plancher ou ailleurs, vu qu'avec la première option je suis morte dans les trois minutes.

comptoir des cotonniers,h&m,et vous,levi's 511,mellow yellow


- Comme 4 nouvelles bottines (2x2). J'ai eu un violent crush pour les boots coloris bleu et glitter Mellow Yellow. Elles font tellement mal aux yeux que je les ai d'abord réservées aux virées nocturnes, dans un esprit saturday night fever 70's mais discretos, genre c'est bien connu la nuit, tous les souliers sont gris. J'ai acheté par ailleurs et avec le futal feu au chéplan les low boots rouges Comptoir avec un talon indécent et un air qui disent : fais pas chier connard, le pavé est à moi.


Au bilan : lorsque je mets les Mellow Yellow bleues électriques le soir, c'est pire, rapport à la réverbération de l'éclairage éponyme, et je peux lire distinctement vers 23 heures et sur les lèvres d'une nana à travers la vitre du métro "putain t'as vu les chaussures de la meuf?"

comptoir des cotonniers,h&m,et vous,levi's 511,mellow yellow



- Comme (1)4 ans. La nostalgie m'étreint en ce moment comme c'est pas permis, et rien d'original puisqu'il paraît que plus la société subit les pressions du changement et des pertes de valeurs, plus on a besoin de se raccrocher au temps passé où tout était censément mieux (c'était la minute sociologique). Vu que c'est pas demain que j'irai rincer mes doigts dans un bénitier pour me rassurer, je n'échappe pas au retour en arrière. Comme l'habit fait bien le moine, je suis allée shopper une taille de jeans au dessus chez Levi's, où je n'étais pas entrée depuis mes 14 ans. Rassurant de voir comme rien n'a changé et sens toi tout aussi rassuré(e) : aujourd'hui comme il y a vingt ans, on a toujours l'air d'un sac dans un 501. J'ai donc jeté mon dévolu sur un 511 au délavage chanmé, à la poche insolemment tombante sur la fesse et au revers boyfriend, qui dit en substance : fais pas chier connard, la rue est à moi. Et qui ferait "rock glam" avec les boots Comptoir selon la vendeuse du store Levi's (je suis d'humeur à croire tous les boniments en ce moment). J'y ai ajouté une ceinture rouge piquée de +- 400 vis en métal chinée chez Et Vous pour faire bonne mesure. Remettre un Levi's a conséquemment entraîné une modification substantielle de ma playlist. Au dubstep de chevet, j'ai ajouté A-HA (?!)

Au bilan : je chaloupe en yaourtant devant mon miroir sur Take on Me aussi bien dans mon 511 aujourd'hui que dans mes 501 à 14 ans (mais cette fois je ne punaiserai pas de poster de Morten Harket au dessus de mon lit).


comptoir des cotonniers,h&m,et vous,levi's 511,mellow yellow



- Comme 4 euros (à peu près). C'est le prix approximatif du col en maille (enfin en laine point mousse quoi) trouvé chez H&M. Il est bien conçu, parfaitement sizé, d'une jolie couleur, tombe juste et résiste au lavage en machine.

Au bilan : c'est juste chouette de voir qu'on peut encore se faire plaiz' sans y mettre trois chiffres. (Suffit juste de pas penser que c'est fabriqué au Bangladesh ou en Chine et on ne sait pas trop comment, ou que trop).

comptoir des cotonniers,h&m,et vous,levi's 511,mellow yellow

Vazy nettoie le miroir de ta salle de bain plutôt toi!



(Ce pourrait être la base line du parfait modus vivendi du reste : ne pas trop penser, parler chiffons uniquement et tout déguiser. Magnifique transition pour le prochain billet.)


---
Pantalon chino noir, Comptoir des Cotonniers, 110 euros.
Boots Kana bleu, Mellow Yellow, 149 euros.
Low Boots Oxblood, Comptoir des Cotonniers, 210 euros.
Levi's 511, 115 euros.
Col en maille, H&M, 4,95 euros.
Déstockage boutique Et Vous (-50% et plus), en ce moment, 46 rue du Four, Paris 6ème.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi, 09 mars 2011

(No) Love à l'hôtel Amour

amour.jpg

 

En mauvaise bobo, je n'étais pas encore allée grailler ni même lever le coude à l'Hôtel Amour.

L'hôtel amour, ancien hôtel de passe de Pigalle, au bar mi-rétro, mi-néo, dont les chambres ont été dizagnées par les plus célèbres dizagneurs et pourvu d'une terrasse et d'un patio, est en effet un des hauts lieux de la boboïtude.

On dira que le nom niaiseux m'a rebutée jusque là mais qu'une copine en plein trip maternité m'ayant filé rencard là-bas, j'ai suivi au nom de l'argument SMSé suivant : 

"On a qu'à aller boire un verre à l'hôtel Amour, si je dois allaiter c'est cool".

(Allaiter, c'est bobo, faut suivre coco).


Effectivement à l'hôtel Amour, je pense que tu peux sortir ton néné ou ton zobi, tout le monde s'en fout.

La clientèle est bien trop occupée d'elle même.

Et le staff se noit dans son verre d'eau.

Sale. Le verre d'eau.

La serveuse, sûrement moins aimable qu'une mère maquerelle de Pigalle ou d'ailleurs en son temps, prend la commande avec un air qui dit que, basiquement, on l'emmerde.

Elle revient dix minutes plus tard avec une mèche sur l'oeil et un balai crasseux à la main (on espère qu'elle se lavera les mains avant de s'occuper de notre commande) pour nous dire qu'elle l'a oubliée. La commande.

On lui répète.

Elle nous sert sommairement. Mon verre est crade et à moitié ébréché.


A ma gauche deux early trentenaires genre putafranges sapées upper bad girls parlent mecs :

- Je lui ai dit  : dis-moi ce qui va pas chez moi, ma voix, ma coupe de cheveux, enfin me laisse pas sans explications quoi!


A ma droite un laptop ouvert sur deux anglophones qui philosophisent :

- Life is tricky, you know.

 

La messe est dite, mon bobo. 

 

A part la paix royale résultante de l'indifférence générale, mini-terrasse intérieure qui doit être sympa au printemps et l'été (éléments qui peuvent justifier un back to the hôtel Amour en dépit du reste).

 

---

Hôtel Amour,

8 rue Navarin, Paris 9è

Métro Saint-Georges

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi, 25 février 2011

Où on cause de modes de garde à Paris

misscaca.jpg

 

A moins de disposer à proximité immédiate du domicile d'une grand-mère accorte et particulièrement bien disposée, aimante et attentive, et qui ne te fera pas payer au centuple le dévouement par une habile culpabilisation ou des sous-entendus appuyés d'une lourde créance dont tu ne pourras jamais t'acquitter (soit une probabilité de cumuler toutes ces conditions p=0,00001 calculée scientifiquement par le bureau d'études interne de ce blog), tu dois assez rapidement trouver une solution de garde pour ton lardon.

La nounou : il en existe des parfaites. D'ailleurs il y a quelquefois des mères qui me disent que leur nounou est parfaite (expression consacrée : c'est une perle avec les enfants et Appoline l'a-dooore). Je constate juste que moins une mère est présente à son domicile, plus elle trouve sa nounou impec. On en déduit donc qu'elle n'est pas là pour voir ce qu'elle fait ou ne fait pas. Avec mon planning atypique, je suis en mesure de te renseigner, non pas sur ce que les nounous font chez toi (j'ai pas la clef) mais dehors : elles piaillent en bande et/ou au téléphone qu'elles ont vissées à l'oreille pendant que les mouflets dont elles ont la garde sont en vrac un peu plus loin, à bouffer des mégots ramassés par terre, ou courir chercher un ballon qui a roulé au milieu de la rue contigüe au parc. Trop absorbées par leur conversation pour s'en apercevoir. Miracle, la voiture évite le môme et le mégot est recraché. On ne parle pas des gamins en ticheurte par 5 degrés. Conclusion : quand tu vois comment un bon paquet de nounous s'occupe des gamins des autres, dans le doute, tu préfères t'abstenir de jouer à la roulette russe avec le tien. Je te parle pas des mères qui te racontent que leur nounou baffaient leur gamin de 15 moins, évitons la pathologie. Pas la peine de me dire que toi tu es une nounou parfaite et que ce blog te scandalise : tu fais partie des nounous qui s'occupent bien des gamins et tu m'en vois ravie.

Avantages :

- vient chez toi et ne remarque rien quand tu lui ouvres la porte en pyjama à 9 heures,

- garde ton môme même quand il est malade.

Inconvénients :

- en plus des choses précitées, chère.

- Absente 5 semaines par an (théorie légale) à 15 (vécu plus réaliste).

Mon conseil : visites surprises, micro et webcam discrètement planqués peuvent aider à rassurer.

 

La crèche municipale : il paraît qu'il y a des parents qui décrochent des places en crèche publique en moins de deux ans, je veux dire sans être copine avec la directrice. Merci de laisser un témoignage dans les commentaires, ça m'intéresse.

Avantages :

- pas chère, 

- pas chère, sinon,

- ah oui, staff qualifié, et surveillance mutuelle,

- sociabilisation de l'enfant, qui doit obéir à des règles de groupe et fissa. Finalement à la maison, c'est vraiment cool à côté.

Inconvénients :

- il faut aller déposer Emile et le ramener deux fois par jour. Sur le papier tu te dis que c'est sur le chemin du métro, que t'en as pour 2 minutes ou autres conneries du genre. Dans la réalité, c'est juste l'épuisement à moyen terme : AR deux fois par jour, dépose de l'enfant humain (je veux dire déshabillage, mettage de chaussons, bisous-bisous, doudoux et blablablous avec le staff et pas jetage dans la boîte aux lettres de la crèche), compte une bonne heure tous les jours, quand c'est pas deux.

- il faut savoir que la crèche publique est en réalité un lieu de recherche  militaire dans le cadre du développement des armes biochimiques : nouvelles bactéries, virus recombinés y sont secrètement testés sur les enfants. Léo aura donc tous les mois une rhino-pharyngite mutante et excessivement contagieuse (qui te clouera aussi au lit quatre jours par 40°), deux otites résistantes aux antibiotiques (RDV en urgence à mendier à la secrétaire de l'ORL au téléphone), une conjonctivite surinfectée (détectable aisément via les morceaux jaunes et purulents en balade sur la cornée), sans oublier la désormais classique gastro-entérite (qui l'emmènera à Necker un samedi à 2 plombes du mat pour réhydratation en urgence).

- Ne prennent pas les gamins malades au nom de la contagion au reste de la cohorte. Même quand tu leur rétorques, épuisée par deux nuits blanches à veiller Joséphine : Ah ouais, et d'après-vous, d'où elle la tient son otite?? (Nan en fait je déconne, tu la fermes, t'aurais trop peur de perdre ta place en crèche). Reste à espérer que ta boîte te donne des congés pour enfant malade.

- Intolérance absolue aux infractions de règlements et aux retards :  il paraît que tu peux retrouver Edouard au commissariat. L'heure de fermeture, c'est l'heure. Carrément. Urban legend?

Mon conseil : publier un guide "comment décrocher une place en crèche publique à Paris en moins de 18 mois" est sans aucun doute un plan best-seller.

 

L'assistante maternelle : c'est la solution intermédiaire, qui cumule tous les avantages et les inconvénients des modes de gardes détaillés au dessus : il faut s'y déplacer, seule maître à bord et relation de confiance à établir, certifiée/diplômée, moyennement chère...


La crèche privée, idem crèche municipale, sauf :

Avantages :

- place quasi-immédiate,

- prennent les mouflets avec morve au nez et 38,5°, 

- ne traitent pas les parents comme des gueux désespérés et fauchés, mais comme des clients qui raquent. Donc avec gentillesse et politesse.

Inconvénients :

- chère (explique l'avantage N°1), mais toujours 30 à 50% de moins que la nounou,

- possibilité accrue de retrouver en soirée son enfant avec de la morve étalée sur le visage ou en paquets dans les cheveux (conséquence de l'avantage N°2). S'auto-convaincre qu'il s'agit de la sienne, et poser l'enfant dans la baignoire dès le retour à la maison, pour lui vider sur la tête l'intégralité du ballon d'eau chaude et la moitié du flacon de gel douche bio aux extraits de pépin de pamplemousse AOC.

Mon conseil : c'est so bobo chéri(e)!

 

Et toi, ton gamin, il est/était gardé comment?

 

---

Punaise, ça m'a épuisée.

La prochaine fois, je laisserai la parole à GroCocolite, le nouveau crocodile de MissCaca.

Rendez-vous sur Hellocoton !

11:19 Publié dans Les 400 coups de MissCaca | Lien permanent | Commentaires (14) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Saint-Jean : on annonce les résultats

Ce blog a une activité réduite et essentiellement commerciale. Nous dirons qu'il est en période d'hibernation créative mais de suractivité publicitaire passive.

On peut donc temporairement l'assimiler à un 4x3 sur le bord d'une nationale.

Amen. (Il y a toujours un calvaire sur le bord des nationales).


Aujourd'hui, il y a frémissement toutefois, puisque j'annonce le/a gagnant(e) du concours Saint-Jean. Excitation mon bobo!


Il fallait dans un premier temps répondre correctement aux trois questions suivantes, jusqu'au 22/02 including, date du randomizer :

1- Qu'est-ce qu'il y a de commun entre les recettes du Pesto et du Pistou (deux ingrédients à préciser)

=> huile et basilic

2- Le Saint Marcellin est-il un produit AOC? (Oui ou Non)

=> non

3- Quelle est la taille moyenne d'une raviole? (en cm)

=> 1,5 ou 3cm

 

Puis être désigné par le hasard Balthazar :

(21 commentaires - 3 commentaires hors participation ou hors délais = 18)

Image 2.png

 

C'est donc Christelle qui remporte le bon d'achat.

Je communique ton email à quidedroit.


Rendez-vous sur Hellocoton !

10:58 Publié dans Prends l'oseille et tire-toi | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 16 février 2011

(Mon amant de) Saint-Jean (et cadeau)

 

Je ne sais pourquoi j'allais danser
A Saint-Jean au musette,
Mais quand un gars m'a pris un baiser,
J'ai frissonné, j'étais chipée

 

On remerciera Edith pour cet interlude musical. 

Je viens te faire le billet non pour la sauvegarde de la chanson française, mais pour te causer des Saveurs Express de Saint Jean, une nouvelle gamme de plats frais que j'ai testée.

Elle est conçue pour les bobos dans notre genre, qui ne veulent pas passer des plombes à se mitonner un plat qu'ils avaleront en deux minutes chrono, mais pas prêts non plus à manger du grand n'importe quoi niveau compo, et insipide du surcroît.

Deux minutes, c'est le temps qu'il faut pour réchauffer les box de la gamme Saveurs Express de Saint Jean. Au micro-ondes. Je préfère ne pas en parler. C'est le mal. J'ai mis quatre minutes à la poêle et mes petits plats ne s'en sont pas plus mal portés, au contraire.

Cinq recettes sont disponibles au rayon frais :

- Ravioles Sauce au Saint Marcellin et noix du Dauphiné

- Ravioles sauce forestière aux Morilles

- Quenelles de brochet Sauce Ecrevisses

- Ravioli au Basilic sauce provençale : BIO

- Farfalles au jambon et au pesto : BIO

 

Farfalles au jambon et au pesto bio

Tu penses que c'est même le premier plat que j'ai testé, rapport au bio. 

 

SaintJean1.jpg

 

Sur l'étiquette, il y a quand même du E machin, et c'est un peu dommage, mais probablement indispensable pour du frais. Pas de colorants ni arômes, c'est déjà ça.

 

SaintJean3.jpg

Côté bobo, on me dit aussi que je peux détacher le papier carton de la box, pour le recyclage. Bon alors oké, mais après m'être énervée trois minutes dessus, j'ai laissé tomber. La box est quand même trois fois plus légère que celles des concurrents, pour limiter la quantité de déchets.

Côté assiette, rien à dire : copieux en quantité, parfumé, la pâte est bien enrobée de pesto, elle ne colle pas. C'est bon et même très bon pour un plat tout préparé.

 

SaintJean2.jpg

 

Ravioles Sauce au Saint Marcellin et noix du Dauphiné

& ravioles sauce forestière aux Morilles

 

Saveurs express Forestiere det-2.jpg

Ah nous les bobos, une assiette de ravioles de nos terroirs (reste à savoir duquel) (terroir) et un verre de bourgogne bio sans sulfates, et ça nous fait la soirée. Le problème c'est que lorsque que je plonge mes ravioles en plaques dans l'eau bouillante, ça se transforme en patasse informe, même quand je respecte scrupuleusement le timing des deux minutes de cuisson.

Saint Jean, la raviole, c'est leur métier depuis 50 ans. Saint Jean est situé dans le Dauphiné, le pays de la raviole. Ah oui c'est bien ça, ne dit-on pas la raviole du Dauphiné et la bêtise de Cambrai? Tu vois, je ne suis pas si inculte de la régionalité.

J'ai demandé à la Blonde de venir tester les ravioles avec moi.  Elle s'est collé au Saint Marcellin, et j'ai pris les morilles.

Verdict blondesque : on sent pas trop le Saint Marcellin et pis y'a les noix qui piquent (avise un peu l'enquiquineuse, ça m'apprendra à la nourrir).

De mon côté j'ai aimé que les ravioles ne collent pas (exploit, ils n'ont pas volé leur étiquette d'experts ès ravioles) et qu'elles soient bien noyées dans la sauce, parce que le diet et moi, ça fait deux. Pas chiche non plus sur les morilles, chez Saint Jean, c'est mieux.

 

Au global, j'ai trouvé la gamme  Saveurs Express de Saint Jean plutôt réussie, au visuel comme au gustatif.

 

Je te propose de participer à un jeu hic et nunc pour gagner un chèque cadeau d'une valeur de 50 euros qui permettra d'accéder à de nombreuses marques dans des grandes enseignes mode, beauté, culture, loisirs, déco...

Pour cela, je tirerai au sort parmi les commentaires fournissant la réponse précise et exacte aux trois questions suivantes :

 

1- Qu'est-ce qu'il y a de commun entre les recettes du Pesto et du Pistou (deux ingrédients à préciser)

2- Le Saint Marcellin est-il un produit AOC? (Oui ou Non)

3- Quelle est la taille moyenne d'une raviole? (en cm)

 

Je ne sais pourquoi j'allais danser
A Saint-Jean au musette,
Mais quand un gars m'a pris un baiser,
J'ai frissonné, j'étais chipée

 

Indice : sauf quand le gars en question en a une de la taille d'une raviole.

(Ah le niveau ici)

 

-------

Un seul commentaire par participant.

Les commentaires doubles, avec la même IP, la même adresse email, seront supprimés dans leur ensemble et sans aucun préavis.

Seuls les commentaires uniques et fournissant les trois bonnes réponses seront pris en compte.

Le/a gagnant(e) unique sera tirée au sort par randomizer parmi les bonnes réponses le 22 février 2011.

www.saveursexpress.com

Article sponsorisé

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

12:58 Publié dans Prends l'oseille et tire-toi | Lien permanent | Commentaires (25) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 27 janvier 2011

Grippée

 

Image 6.png

 

La dernière fois que j'ai eu la grippe, j'avais la vingtaine et j'en ai encore un cuisant souvenir. J'étais pelotonnée, frigorifiée, secouée de frissons, malmenée par d'atroces courbatures et à peu près certaine que j'allais crever dans l'heure sur un lit qui, ce qui n'arrangeait rien à ma peine, n'était pas le mien. Ne va pas t'imaginer des choses, j'étais de passage dans l'appartement familial d'une de mes copines de classe quand la grippe m'a saisie.

La grippe, la vraie, celle qui te cloue au lit pour huit jours par quarante (et pas le "syndrome grippal" qui te file la goutte au nez avec trois vagues frissons dans l'échine), c'est quand même une vraie cochonnerie dont on se passerait bien.

 

Roche est un laboratoire pharmaceutique qu'on ne présente plus. Roche a lancé le site www.virus-grippe.fr. 

C'est un site qui permet d'apprendre plein de choses fort intéressantes (et un brin flippantes) sur notre amie la grippe.

Par exemple, qu'il s'agit d'un virus qui s'attrape par la salive et les postillons. Donc en gros, si Dudule t'éternue dans la face ou te tousse dessus dans le métro, pas grand chose à faire (sinon te balader en scaphandre sur la ligne Pont de Sèvres-Mairie de Montreuil. Bon courage pour passer les portillons). En revanche, comme Dudule n'a pas oublié d'essuyer son groin gluant avec sa main avant de la coller sur la barre d'appui du wagon pour partager ses miasmes avec tout le monde, tu pourras de ton côté te frotter les mimines avec du gel hydroalcoolique avant de déballer ton quatre-heures en sortant de la rame.

 

Image 7.png

Sur www.virus-grippe.fr il y a donc plein de conseils anti-grippe ciblés, selon que tu es jeune, en cloque, ou que tu as 70 ans passé et que tu joues au rami. Bien entendu, la catégorie à laquelle j'appartiens (mère d'un enfant de deux ans en crèche dont l'unique préoccupation est de faire d'intenses échanges de morve avec ses petits copains huit heures par jour) n'est pas traitée : c'est une cause désespérée.

Pour les enfants un poil plus grand et les ado, le site permet d'apprendre en s'amusant : capture de Bad Grip, BD et quizz sont de la partie.


Article sponsorisé

Partage propulsé par Wikio

Rendez-vous sur Hellocoton !

14:16 Publié dans Prends l'oseille et tire-toi | Lien permanent | Commentaires (11) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les moufles ou je morfle

Quand on m'a demandé de tester le nouveau kit deux en un pour les mains abîmées Apaisyl Crevasses, j'ai pas hésité. Car vois tu mon bobo, la taulière de ces lieux est dotée d'une peau plutôt blanchasse , finasse, et hyporésistante au froid.

Enfin sachant que pour mézigue, est froid tout ce qui se situe en dessous de 18 degrés. Et que la dite peau commence à montrer son mécontentement à grands coups de tiraillements, plaques rouges et sèches et autres gerçures en dessous de ce seuil.

C'est pour te dire que je me balade en gants huit mois sur douze a minima. Si je les oublie c'est la cata, avec des mimines qu'on dirait que je les ai plongées dans un bain d'acide pendant une journée. Bah non j'ai juste fait un aller-retour au Monop du bout de la rue les mains à oualpé au mois de janvier. Tu me diras que j'aurais pu mettre les mains dans mes poches. Ah oué, et comment que je tiens mes deux sacs à provisions réutilisables en coton bio non teinté, avec les oreilles p'tête bien?

 

 

Image 5.png

 

 

Apaisyl Crevasses est un soin 2 en 1. C'est un kit composé de deux produits qui ciblent les mains qui ont tendance à en prendre plein leur matricule en hiver.

Il est composé :

- d'un pansement liquide, à étaler sur les grosses crevasses avec une sorte de petit pinceau. Je n'ai pas apprécié l'odeur  chimique, qui rappelle les dissolvants des années 80. Le liquide s'étale sur les crevasses et les comble, les cicatrise et résiste aux lavages de mains ;

- d'un tube de crème "prévention crevasses" pour les mains. Pour l'avoir testé sur mes mains abîmées par les morsures de l'aube et de la froidure (peau sèche entre les doigts, phalanges en plaques rêches et rouges, tu vois le topo), la crème n'est pas seulement préventive mais curative : la peau est instantanément nourrie, réparée, apaisée, les rougeurs s'estompent, et est effectivement recouverte d'un film protecteur. Un vrai soin coup d'éclat-minute.

 

Mon avis : un traitement vraiment très efficace (formule testée cliniquement sous contrôle dermatologique) pour les mains vraiment très abîmées qui ont besoin d'un dispositif sérieux et quasi médical.

En revanche, ça m'a donné la sensation d'une artillerie lourde : une odeur très agressive, sans oublier les parabens au rendez-vous dans la crème préventive, et même le formaldéhyde, qui est un COV dangereux à inhaler.

Je conseillerais donc Apaisyl Crevasses aux mains qui ont tendance à sévèrement morfler, ou aux personnes pas trop soucieuses d'éviter de se mettre des composants chimiques sur la peau.

 

Toute la gamme Apaisyl à découvrir sur : http://www.apaisyl.com/

Article sponsorisé

Partage propulsé par Wikio

Rendez-vous sur Hellocoton !

14:13 Publié dans Prends l'oseille et tire-toi | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook